Loading...
11/07/2018
Interview des joueurs qui ont participé au stage

À la relance !

 

Ils sont cinq à avoir participé durant une semaine au stage des joueurs sans club mis en place par Provale et financé par Uniformation dans les infrastructures mises à disposition gracieusement par le club de l’UBB.
Pour Jean-Baptiste De Clercq (ex pilier du Stade Français), Lorenzo Cittadini (ex pilier du Stade Français), Matthieu Ugena (ex troisième ligne du Stade Français), Benjamin Lapeyre (ex ailier ou arrière de Brive) et Paul Couet-Lannes (ex ailier de Mont-de-Marsan), ce rendez-vous a été riche en apprentissages.
Rencontre avec nos cinq mousquetaires qui sont bien décidés à rebondir durant la période de mutations supplémentaires validée par le Comité Directeur de la LNR et soutenue par tous les présidents de TOP 14 et de PRO D2 à la demande de Provale.
 

Provale : Comment s’est passée cette semaine de stage avec Provale ?
Matthieu Ugena : Ca s’est très bien passé, nous avons vécu une semaine très riche entre la préparation physique et les cours théoriques. Ce stage nous a permis de nous remettre en condition physique et mentale. On a bien travaillé en groupe en étant très bien encadrés par Provale et tous les intervenants.
Jean-Baptiste De Clercq : Ce stage a été très intense et nous a beaucoup appris. Tout ce que nous avons fait durant cette semaine va énormément nous servir dans la projection de notre carrière rugbystique mais aussi pour une prochaine vie professionnelle en-dehors du rugby. J’ai apprécié car nous avons été considérés comme de vrais joueurs de rugby. Ça ressemblait vraiment à un stage de début de saison. Tout était bien organisé. Nous avons été bien guidés par tout le monde. Cette expérience a été très positive.
Benjamin Lapeyre : Cette semaine de stage s’est vraiment bien passée et elle s’est déroulée dans la bonne humeur. Le fait d’être en groupe nous a permis de nous booster les uns les autres. Et puis, nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir bénéficier des installations de l’UBB.
Paul Couet-Lannes : Nous avons travaillé différents aspects durant cette semaine : mental, personnel, physique et administratif.
Lorenzo Cittadini : Cette semaine a été très productive, très intense et très enrichissante. Malgré le fait que nous soyons au chômage, la bonne humeur a été notre leitmotiv cette semaine.
 

" Ça resemblait vraiment à un stage de préparation."

Provale : Qu’est-ce qui t’a le plus intéressé durant cette semaine de stage ?
M.U. : J’ai particulièrement aimé les cours de diététique qui nous ont donné des éléments importants et réellement détaillés. C’était très intéressant pour le futur. Concernant les séances de physique, elles m’ont également paru vraiment bénéfiques.
J-B.D-C. : Ce que j’ai le plus apprécié c’est la préparation mentale. Laurent Baluc Rittener nous a bien parlé et nous a permis de nous exprimer sur une situation qui n’est pas évidente à vivre.
 
Provale : Quels sont désormais tes objectifs à court terme ?
M.U. : Je vais poursuivre sur ma lancée positive en m’entraînant de mon côté avec un préparateur physique que j’ai choisi. Mon but est de rester en forme et d’être prêt physiquement si une opportunité se présente.
J-B.D-C. : Mon objectif premier est de retrouver rapidement un club professionnel et de prouver à tout le monde que j’ai le niveau. Je suis motivé.
L.C. : C’est peut-être un peu différent pour moi car je suis un peu plus vieux que les autres. Mais je ne suis pas fini. J’ai bien l’intention de démontrer à tout le monde que j’en ai encore sous la pédale. J’ai envie d’inverser la situation. Je suis tourné vers l’avenir, pas vers le passé.
P.C-L. : Il faut aller de l’avant, trouver des solutions, il faut continuer à se préparer. Je fais tout mon possible pour rester en forme. J’espère que des opportunités viendront rapidement de TOP 14, PRO D2 ou du rugby à 7.
 

" Cette semaine, une équipe est née."

Provale : Tu traverses, ainsi que tes coéquipiers du stage, une situation délicate. Comment vis-tu ces moments ?
M.U. : C’est dur. Ce pas quelque chose que j’avais prévu. Je subis la situation. J’essaie de me prendre en mains en m’entraînant à fond de mon côté. Mais ce n’est pas évident d’accepter d’être au chômage, de se retrouver sans club.
Je souhaite pour mes quatre collègues, qui sont devenus mes amis durant cette semaine, et pour moi-même, que nous retrouverons tous un club le plus rapidement possible.
Une chose est sûre : cette situation nous aura vraiment renforcés dans notre quotidien. Nous apprenons beaucoup de cette épreuve et nous avons les dents encore plus longues pour l’avenir. Je crois que nous sommes prêts à rebondir.
B.L. : Ce n’est effectivement vraiment pas évident. Je ne m’attendais pas à me retrouver dans une situation pareille. Il faut affronter cet événement, continuer à y croire, continuer à bosser, pour être prêts si nous parvenons à retrouver un club. C’est ce que je souhaite à mes coéquipiers. Car oui, cette semaine une équipe est née.
P.C-L. : Dans notre malheur, nous avons su créer quelque chose de positif. Une vraie cohésion d’équipe s’est mise en place. 
Ce que nous vivons aujourd’hui fait malheureusement partie de la vie d’un homme avec un grand « H ». Nous devons tenir bon.