Santé : Des médecins indépendants sur les matchs de Top 14

Fév 7, 2019 | Actualités, Interview, Réseau, Santé

Mardi 6 février 2019, à l’occasion du Comité Directeur de la LNR, plusieurs mesures ont été adoptées pour préserver la santé des joueurs. Parmi elles, la désignation, à partir de la saison prochaine, d’un médecin indépendant lors de tous les matchs de TOP 14. Une mesure que Provale défendait depuis longtemps.

C’est un sujet qui revenait très régulièrement sur la table lors des différents échanges menés par Provale avec les joueurs dans les clubs mais aussi lors des discussions avec les institutions.
C’est désormais officiel depuis mardi.
À compter de la saison 2019/2020, un médecin indépendant sera désigné sur toutes les rencontres du Top 14. Cette mesure, qui répond à l’une des préconisations de l’Observatoire Médical du Rugby (préconisation numéro 36 exactement) a pour objectif de renforcer le dispositif de surveillance et de prise en charge des commotions cérébrales.
Cette mesure complète ainsi celle de l’assistance vidéo déjà mise en œuvre depuis la saison 2017/2018 et qui a permis des progrès importants dans la détection et la prise en charge de ces blessures.
Les modalités exactes de ce nouveau dispositif ne sont pas encore complètement définies. Le principe a été adopté à la suite d’une nouvelle obligation de World Rugby dans le cadre du protocole HIA (Head Injury Assessment) qui oblige toutes les compétitions « premium » désignées par World Ruby, et dont le Top 14 fait partie, à désigner un médecin de match indépendant sur ces compétitions.
C’est la FFR qui devrait s’occuper de la gestion et de la formation des médecins indépendants, mais également de leur désignation.

MATTHIEU GIUDICELLI - PROVALE - RUGBY

Matthieu Giudicelli, membre du CD de Provale, en charge de la santé. Photo Presse Sports

« Cette mesure était une des priorités du programme de Robins Tchale Watchou et de son Comité Directeur », rappelle Matthieu Giudicelli, qui est en charge de la santé au sein du Comité Directeur de Provale. Il participe dans ce cadre aux réunions de l’Observatoire Médical du Rugby et de la commission sportive, lieux d’échanges d’où émane ce type de préconisations.

« Je suis ravi de cette mesure, explique l’ancien pilier, qui a mis un terme à sa carrière la saison dernière à la suite d’une grave blessure lors d’un match. C’est une très bonne chose pour le rugby. Je pense qu’il est primordial pour les joueurs de pouvoir bénéficier de l’avis d’un médecin externe au club. C’est une grande avancée pour la protection des joueurs. À Provale, cela nous tenait particulièrement à cœur car nous avions eu de nombreuses remontées des vestiaires qui allaient dans ce sens. C’est un grand pas et j’espère que bientôt la même mesure pourra être adoptée en Pro D2. »

 

Lucas Dupont, joueur de Grenoble, correspondant de Provale. Photo Presse Sports.

Joint par téléphone, Lucas Dupont, ailier de Grenoble, a lui aussi apprécié la nouvelle :

« Je n’ai jamais eu de mauvaises expériences personnelles avec les médecins de clubs, confie le Grenoblois. Mais je trouve que cette nouvelle est une avancée positive pour les joueurs. Je reste convaincu que les médecins de clubs font bien leur travail et qu’ils le font toujours dans l’intérêt du joueur plutôt que dans celui de la performance de l’équipe. Mais, dans certains clubs, il peut y avoir des dérives, parce que le médecin est juge et partie. C’est bien qu’un médecin indépendant soit mandaté pour ne s’occuper que des commotions cérébrales. Les médecins des clubs, pour leur part, pourront se concentrer entièrement au reste de leur travail et auront toujours la possibilité d’intervenir sur une commotion que ne remarquerait pas le médecin indépendant ».

 

Armand Batlle, joueur de Castres, correspondant de Provale. Photo Presse Sports

Armand Batlle, trois-quarts de Castres, joueur correspondant de Provale, est lui aussi ravi de l’adoption de cette mesure, comme l’ensemble de ses coéquipiers d’ailleurs :

« Quand j’en ai parlé dans le vestiaire, la nouvelle a été reçue très positivement. C’est une grosse avancée. Cela faisait un moment que nous en parlions entre nous mais aussi lors des réunions avec Provale. Cela a mis du temps à se mettre en place mais aujourd’hui, un grand pas a été fait. Le médecin qui sera mandaté sera entièrement neutre. Qu’on le veuille ou pas, les médecins de clubs, même s’ils font bien leur travail, font partie intégrante de l’équipe. Cette mesure va aussi leur faciliter la tâche. Pour le moment, cela n’est actif que pour le Top 14. Mais j’espère que cela portera ses fruits et que, très vite, les instances l’instaureront aussi en Pro D2. C’est le vœu de Provale et de tous les joueurs. Car la santé nous concerne tous ».

 

Share This