Santé : Lien entre les commotions subies et l’encéphalopathie chronique chez l’ancien joueur de rugby.

Fév 18, 2019 | Actualités, Santé

Pauline Acquier, interne en médecine générale, actuellement en neuvième année, s’est rapprochée de nous il y a quelques mois afin de voir si nous pouvions l’aider dans sa démarche de thèse. Fortement intéressés par le fait de pouvoir fournir de solides données statistiques à nos joueurs, nous collaborons avec cette Albigeoise de naissance et passionnée de rugby.
Aujourd’hui, elle vous explique en détails en quoi consistera cette étude. Rencontre…


Provale : Pouvez-vous nous présenter l’objet de votre thèse ?
Pauline Acquier : Le premier objectif est de montrer un éventuel lien entre le nombre de commotions cérébrales et les symptômes de l’encéphalopathie chronique post-traumatique. Mes objectifs secondaires sont d’établir les corrélations entre le niveau de jeu et le nombre de commotions cérébrales et le lien possible entre la gravité des commotions et les symptômes de l’encéphalopathie chronique post-traumatique.
Aux Etats-Unis, ce lien a déjà été étudié dans la boxe et dans le football américain. Cela a provoqué une prise de conscience collective là-bas. J’ai donc moi aussi eu envie d’en savoir plus. J’ai eu cette idée il y a déjà quasiment un an et les événements dramatiques vécus dans le rugby ces derniers mois n’ont fait que renforcer mon projet et l’intérêt de celui-ci.

Provale : À qui s’adresse cette étude ?
Pauline Acquier : Je souhaite étudier une population d’anciens joueurs âgés de 40 à 65 ans. Peu importe le poste auquel ils évoluaient et leur niveau de jeu. Peu importe aussi s’ils ont déjà été commotionnés durant leur carrière.
Il se compose d’une vingtaine de questions et sera très rapide à remplir. Une partie devra être complétée par l’ancien joueur et une autre par l’un de ses proches.

PAULINE ACQUIER ÉTUDE PROVALE

Pauline Acquier, interne en médecine générale, actuellement en neuvième année, réalise l’étude en collaboration avec Provale.

Provale : Vous vous êtes rapprochée de Provale pour mener à bien votre étude. Pour quelles raisons ?
Pauline Acquier : Il était normal que je me rapproche de Provale. Vous êtes les personnes qui entretenez le plus de liens avec les joueurs dans le monde du rugby. Provale va m’aider à contacter les anciens joueurs. Nous enverrons le questionnaire au début du mois de mars et récupèrerons les résultats pendant un mois. Il est important que nous puissions recevoir un maximum de réponses pour que l’étude soit la plus représentative possible. J’analyserai ensuite les données dans la foulée. Je pourrai transmettre les premiers résultats à Provale dans le courant de l’été. Je pense que beaucoup de données vont découler de cette étude.
Elle devrait être très intéressante pour les joueurs et elle permettra aussi de poursuivre le travail effectué par Provale sur la santé de ceux-ci.

Si vous avez entre 40 et 65 ans, que vous êtes ancien joueur, peu importe le niveau auquel vous avez évolué, et que vous souhaitez remplir le questionnaire, contactez Gwendoline Calvet à Provale au 06 87 71 74 04 ou par mail gwendoline.calvet@provale.fr
Si vous connaissez des joueurs de votre réseau qui sont dans cette tranche d’âge, merci également de les rediriger vers nous.

 

 

 

 

Share This